La C.I.V.V : Confédération Internationale de Võ Viêt Nam

« … . En 1999, j'avais constaté que si l'on ne faisait pas quelque chose pour le Vô, il risquerait de partir un jour où l'autre avec le Maître. J'ai commencé à contacter les Vô Sinhs dont j'avais les coordonnées en leur demandant de contacter d'autres Vo sinh … » Lettre de Da Larbi Aït Abdel Malek du 15 décembre 2014.

 

 

 

La Confédération Internationale de Võ Vietnam (CIVV) a été créé le 15 janvier 2002 en préfecture du Val de Marne et publiée au journal officiel 23/10/2002 – modifiée le 15/11/2004. Les fondateurs Larbi Aït Abdel Malek, Philippe Bertec, René  Bonneau, Damien Nguyen, et  Xavier Nguyen avaient un double objectif :

 

-     la transmission du Võ Viêt Nam de Maître Nguyen Duc Moc

 

-    offrir une association respectant l’indépendance et la responsabilité des organisations,  pratiquant le Võ Viêt Nam , nouvellement apparues depuis la création de la Fédération internationale de Võ Vietnam Sơn Long Quyền Thuật (FIVV), sous le statut de la loi de 1901, par Maître Nguyen Duc Moc (Viet Nam), Larbi Aït Abdel Malek (Algérie), Denis Gruring (Suisse), Jean Claude Nguyen (France) ; publiée au Journal Officiel du 16 septembre 1987. 

 

 

Cela a été parfaitement exprimé, à ce moment sur le site de L'ESVV « L'école Suisse de Võ Viêt Nam … a pour but la pratique du Võ Viêt Nam, et techniquement promouvoir la Technique de 4 générations d'élèves de Maître Moc. En Effet depuis 1999 , Larbi Ait Abdelmalek ( Algérie ) , René Bonneau ( France, Vietnam ) , Philippe Bertec ( France ) et Damien et Xavier Nguyen se sont attelés à recréer un tronc commun entre les différentes générations d'élèves de Maître Moc ».

 

Aujourd’hui, plus que jamais, la C.I.V.V a toujours cet objectif malgré les obstacles et les erreurs ayant pu et pouvant se commettre. Actuellement elle est présidée par Denis Gruring (Fédération Suisse).

 

La CIVV fédère les associations héritières de la transmission de Maître Nguyen Duc Moc et les invitent à une recherche commune, à l’enrichissement mutuel, dans le respect de la « lecture » de l’héritage faite par chacune d’elles.